Skip to content

@misterbibouchon est dans le magazine Gourmand

Interviewé par Nicole Réal pour le magazine Gourmand, @misterbibouchon est heureux de vous partager l’article, paru le 19 octobre 2021

Passionné par les technologies nouvelles, Stéphane Chiquet ne se doutait pas qu’en ouvrant son compte Instagram @misterbibouchon, il remporterait un franc succès sur le Web.

COMMENT VOUS ÊTES-VOUS INTÉRESSÉ À INSTAGRAM ?


Il y a cinq ans, comme les médias en
parlaient beaucoup, j’ai voulu en savoir
un peu plus. J’ai trouvé intéressant de
partager facilement non seulement
mes photos, mais aussi mes avis sur
des lieux comme des restaurants, ou
exprimer mes émotions face à des
paysages ou des moments de vie.
Ce compte m’a permis de rencontrer de
grands chefs, mais aussi des personnes
venues d’horizons différents.


VOUS PARTAGIEZ UN COMPTE AVEC VOTRE FEMME. POURQUOI EN AVOIR CRÉÉ UN PERSONNEL ?


Au départ, c’est vrai, nous avons
ouvert ensemble le compte Instagram
@biboucheetbibouchon. Mais,
à chaque fois que je proposais des
photos à Jalila, ma femme, elle
refusait de les publier parce que
c’est elle qui le gérait et qu’elle ne les
trouvait pas à son goût. C’est alors
que j’ai pris la décision d’ouvrir
mon propre compte pour y publier
vraiment ce que j’aimais… et
cela sans aucune censure !

QUELS SONT LES SUJETS QUE VOUS PUBLIEZ SUR L’UN ET L’AUTRE COMPTE ?


Le compte commun est lui consacré
exclusivement à la gastronomie.
Pour réunir les deux comptes, nous
avons également créé un blog sur
lequel nous publions des recettes
maison ainsi que des astuces et
des conseils. En revanche, chaque
compte publie ses propres photos.


COMMENT CHOISISSEZ-VOUS VOS PUBLICATIONS ?


Au début, je postais essentiellement
des photos culinaires avec des plats
ou des produits que j’appréciais.
Ensuite, comme le nombre d’abonnés
augmentait, j’ai structuré mon
compte en élargissant son contenu.
J’y propose principalement trois
thèmes : la food, le lifestyle et,
par plaisir personnel, j’y ajoute
des citations, souvent en lien avec
l’actualité. Par exemple, lorsqu’une
célébrité décède, je poste une
petite bio qui se termine par une
citation d’elle qui me plaît.


COMMENT POUVEZ-VOUS EXPLIQUER LE SUCCÈS DE VOTRE COMPTE INSTAGRAM ?


Grâce aux nombreux échanges que
j’ai eus avec les autres Instagrameurs,
petit à petit, j’ai fini par créer
une communauté comptant un
nombre d’abonnés en constante
augmentation. Sur le compte, la
food (en particulier les burgers
et les gâteaux au chocolat) et mes
photos en situation remportent
le plus de succès. Les citations
sont un peu moins plébiscitées,
mais, par plaisir, je continue à les
publier car mon Instagram doit
d’abord me plaire avant de plaire
aux autres. Le nombre de « j’aime »
n’est pas ce qui guide mes choix.


AVEC JALILA, VOTRE FEMME, COMMENT CHOISISSEZ- VOUS LES RESTAURANTS
QUE VOUS TESTEZ ?


Nous recevons un certain nombre
d’invitations, et lorsque les mets ne
sont pas à mon goût, je n’en parle pas
car je ne me considère pas comme un
critique gastronomique. Je préfère
relayer les adresses des établissements
dont j’ai vraiment apprécié la cuisine.
Pour publier régulièrement, nous
allons souvent au restaurant, et,
pour me maintenir malgré tout
en forme sans trop prendre de
poids, je pratique régulièrement
le running et le football.


QUELLES SONT VOS PRÉFÉRENCES CULINAIRES ?


Étant d’un naturel très gourmand,
elles sont très variées. J’aime bien
la street food et ses hamburgers,
j’ai aussi un petit faible pour les
restaurants qui proposent de la bonne
viande. J’ai grandi dans une famille
qui aimait bien manger. On sortait
rarement au restaurant, mais ma mère
savait très bien cuisiner les plats du
terroir. Ma grand-mère, originaire
du Périgord, m’a fait découvrir les
spécialités de cette région, et, avec
ma tante, elles mitonnaient elles-
mêmes leur foie gras et leur confit
de canard. En revanche, pour des
raisons médicales, ayant été contraint
d’en manger en quantité quand
j’étais enfant, je ne peux plus voir
une carotte dans mon assiette ! Jene
supporte pas non plus le quinoa,
qu’on a tendance à mettre dans
tous les plats et à toutes les sauces.


LÉGUMES, VIANDE OU POISSON, QUEL PLAT CHOISISSEZ-VOUS ?


La viande. En Argentine, j’ai goûté
la fameuse viande de bœuf, grillée
ou braisée, réputée pour être l’une
des meilleures du monde. Sa saveur
exceptionnelle repose sur l’« asado »,
une technique de cuisson lente,
pouvant durer des heures, dans
une sorte de barbecue au charbon,
où la viande est embrochée à la
verticale ou placée carrément
sur la grille. Un vrai régal !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :